Une vie après la sociologie n°3 – S04E01 – 05/10/15

« Les mains dans le cambouis ». Mener un Doctorat CIFRE en Sciences Humaines et Sociales

♫Télécharger cette émission♫

Avec les témoignages de :

Elodie JIMENEZ, doctorante CIFRE en sociologie (CRBC, Conseil Général des Côtes d’Armor), Présidente de l’association ADCIFRESHS.
Chafik HBILA, sociologue, chercheur associé au Centre de Recherche sur les Politiques Européennes.
Estelle VALLIER, doctorante CIFRE en sociologie (Centre Pierre Naville – Genopole).
Hadrien COUTANT, doctorant CIFRE en sociologie (Centre de Sociologie des Organisations).
Marie BENEDETTO-MEYER, sociologue indépendante, maitre de conférences associée à l’UVSQ.
Ghislaine GALLENGA, maître de conférences en anthropologie (Aix-Marseille Université), chercheure associée à l’IDEMEC.

Depuis les années 1980, le dispositif CIFRE vise à rassembler les mondes de la recherche universitaire et de l’entreprise autour d’un projet scientifique commun (ici, la thèse), porté par un apprenti chercheur. Il offre un cadre salarial de thèse aux doctorants, porteur à la fois de facilités d’accès à un terrain d’enquête original et, de façon concomitante, de questionnements méthodologiques et identitaires importants. A la fois au dedans et au dehors de différents mondes professionnels, le doctorant CIFRE peut être confronté à un arbitrage permanent entre les attentes opérationnelles du milieu entrepreneurial et la production d’un travail répondant aux canons de la recherche académique.

Les Sciences Humaines et Sociales représentent 24% des bourses CIFRE accordées en 2012. Mais, le dispositif reste timidement et difficilement approprié par les doctorants en SHS. Timidement, parce qu’il percute l’impératif de la neutralité qui est historiquement au fondement de la légitimé scientifique de ces disciplines, notamment de la sociologie. Difficilement, parce que la conception technique du dispositif correspond davantage aux normes de la recherche en sciences expérimentales : des modalités de candidature (proposition d’un projet de thèse répondant à un plan de recherche expérimental) à l’appropriation des résultats de la recherche (dépôts de brevets), en passant par la durée de la Convention (3 ans).

La tâche est rude pour les doctorants CIFRE en Sciences Humaines Sociales, mais source d’un apprentissage nouveau, celui qu’on n’apprend ni sur les bancs de la fac, ni dans les salles de travail de son labo. Ils ont une position hybride de « traducteurs », à l’interface de deux mondes qui se méconnaissent, se redoutent…parfois se méprisent. Leur tâche est de traduire les résultats de leur recherche en termes plus opérationnels, voire en recommandations pour les plus courageux, afin qu’ils soient appropriables par les acteurs qui les emploient. Elle est aussi, parallèlement, d’objectiver les résultats issus de leur implication au sein de l’entreprise pour les comprendre à travers des concepts et théories afin de ne rien sacrifier aux canons de la recherche académique.
Cette émission vise d’une part, à informer et diffuser des conseils aux futurs doctorants CIFRE en sciences humaines et sociales, et d’autre part à proposer un espace de débat public sur la place que le monde de la recherche universitaire peut accorder à ces profils de doctorants, de plus en plus nombreux. Ce qui rejoint des questions de fond sur le fonctionnement actuel et à venir du monde de la recherche universitaire.

Bibliographie :

*Serre D. (dir.), Dossier « La socialisation des doctorants en sciences humaines et sociales », Socio-logos, n°10, 2015. Disponible en ligne.

*Hellec F., « Le rapport au terrain dans une thèse CIFRE. Du désenchantement à la distanciation », Sociologies pratiques, n°28, 2014/1.

*Belleau H., « De la mobilisation des connaissances au partenariat de
recherche », SociologieS, 2011. Disponible en ligne.

*Perrin-Joly C., « De la recherche salariée en France : lien de subordination et liberté de la recherche », SociologieS, 2010. Disponible en ligne.

*Gaglio G., « En quoi une thèse CIFRE en sociologie forme-t-elle au métier de sociologue ? Une hypothèse pour ouvrir le débat « , Socio-logos, 2008. Disponible en ligne.

*Lahire B., À quoi sert la sociologie, Paris, La Découverte, 2002.

*Vrancken D., Kuty O. et Al., La Sociologie et l’intervention. Enjeux et perspectives, Bruxelles, Éditions De Boeck Université, 2001.

*Berry M., « Diriger des thèses de terrain », Gérer et Comprendre, 62, 2000.

Sitographie :

*L’institution qui gère les CIFRE : http://www.anrt.asso.fr/

*L’association des doctorants CIFRE en SHS : https://adcifreshs.wordpress.com/

Voix du jingle :
 “Il paraît que la sociologie est un sport de combat” : Antoine Gauthier.
Pierre Bourdieu : Extrait du film La sociologie est un sport de combat réalisé par Pierre Carles.
Pour citer cette émission : « Les mains dans le cambouis. Mener un Doctorat CIFRE en Sciences Humaines et Sociales », carnet de recherche SocioRadio : http://socioradio.hypotheses.org/839/ (consultée le …).
Crédit image à la une : dessin réalisé par Myriam Borel

Une réflexion sur « Une vie après la sociologie n°3 – S04E01 – 05/10/15 »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *