Une vie après la sociologie n°3 – S04E01 – 05/10/15

« Les mains dans le cambouis ». Mener un Doctorat CIFRE en Sciences Humaines et Sociales

♫Télécharger cette émission♫

Avec les témoignages de :

Elodie JIMENEZ, doctorante CIFRE en sociologie (CRBC, Conseil Général des Côtes d’Armor), Présidente de l’association ADCIFRESHS.
Chafik HBILA, sociologue, chercheur associé au Centre de Recherche sur les Politiques Européennes.
Estelle VALLIER, doctorante CIFRE en sociologie (Centre Pierre Naville – Genopole).
Hadrien COUTANT, doctorant CIFRE en sociologie (Centre de Sociologie des Organisations).
Marie BENEDETTO-MEYER, sociologue indépendante, maitre de conférences associée à l’UVSQ.
Ghislaine GALLENGA, maître de conférences en anthropologie (Aix-Marseille Université), chercheure associée à l’IDEMEC.

Depuis les années 1980, le dispositif CIFRE vise à rassembler les mondes de la recherche universitaire et de l’entreprise autour d’un projet scientifique commun (ici, la thèse), porté par un apprenti chercheur. Il offre un cadre salarial de thèse aux doctorants, porteur à la fois de facilités d’accès à un terrain d’enquête original et, de façon concomitante, de questionnements méthodologiques et identitaires importants. A la fois au dedans et au dehors de différents mondes professionnels, le doctorant CIFRE peut être confronté à un arbitrage permanent entre les attentes opérationnelles du milieu entrepreneurial et la production d’un travail répondant aux canons de la recherche académique.

Les Sciences Humaines et Sociales représentent 24% des bourses CIFRE accordées en 2012. Mais, le dispositif reste timidement et difficilement approprié par les doctorants en SHS. Timidement, parce qu’il percute l’impératif de la neutralité qui est historiquement au fondement de la légitimé scientifique de ces disciplines, notamment de la sociologie. Difficilement, parce que la conception technique du dispositif correspond davantage aux normes de la recherche en sciences expérimentales : des modalités de candidature (proposition d’un projet de thèse répondant à un plan de recherche expérimental) à l’appropriation des résultats de la recherche (dépôts de brevets), en passant par la durée de la Convention (3 ans). Continuer la lecture de Une vie après la sociologie n°3 – S04E01 – 05/10/15

Marine Guichard

Doctorante en sociologie et animatrice bénévole d'une émission de sociologie sur Radio Campus Dijon (92.2).

More Posts - Website

Follow Me:
Facebook

De l’art de faire de la radio

L’Atelier de la création est une émission diffusée tous les dimanches de 22h à 23h sur France Culture (grille d’été). Produite par Irène Omélianenko, avec la collaboration d’Inès de Bruyn et Alice Ramond, l’émission joue de la retransmission d’enregistrements bruts et de montages ciselés. Une façon poétique, selon moi, de placer l’art et la culture au service de la compréhension de la société.

Ce billet est tout particulièrement dédié à l’une de leurs créations radiophoniques remarquables, où le pouvoir des mots prend tout son sens. Des maux aux mots, c’est l’histoire d’une rencontre entre un marchand d’art international, père de 4 enfants, victime d’aphasie suite à un accident vasculaire cérébral et un orthophoniste de la Salpêtrière.

[Crédit : dessin partagé sur Flickr par Dan Allison - licence CC BY NC 2.0]
[Crédit : dessin partagé sur Flickr par Dan Allison – licence CC BY NC 2.0]

« Aphasie, alexie, agnosie, apraxie, agraphie, aphémie, anarthrie, amnésie, anasognosie…tous ces mots et traumatismes liés à un accident cérébral évoquent la perte, l’absence à soi et aux autres et leurs caractéristiques ont été décrites dans d’imposants traités, en revanche la rééducation est encore peu abordée, celle qui donne espoir de sortir de ce silence qui gagne, qui rétrécit la vie autour de la personne aphasique. Or dans cette entreprise de rééducation il faut considérer comme essentiel la conviction que la personne de l’aphasique, toujours présente à petit bruit, est moins atteinte que son langage, elle veille derrière la syntaxe en charpie, le vocabulaire en déroute, les mots coincés, étouffés, éraillés, mâchurés. »

Pour retracer le fil de cet apprentissage, c’est juste ici :

Avec Sandro Rumney et le Docteur Philippe Van Eeckhout . Un documentaire de Gilles Mardirossian. Musique originale : Gilles Mardirossian.

Crédit image à la une : dessin partagé sur Flickr par Cayce Rewell (licence CC BY NC 2.0).

Marine Guichard

Doctorante en sociologie et animatrice bénévole d'une émission de sociologie sur Radio Campus Dijon (92.2).

More Posts - Website

Follow Me:
Facebook

6e Congrès de l’Association Française de Sociologie – 29 Juin-02 Juillet 2015

L’association française de sociologie organise son 6ème Congrès à l’Université Versailles Saint Quentin en Yvelines.

Thème 2015 : La sociologie, une science contre nature?

AfficheAFS2015

Consulter le programme

Un moment attendu par les sociologues, où la spirale concurrentielle des recrutements et des publications s’arrête…le temps d’une prise de recul sur l’état des connaissances scientifiques, l’évolution de la discipline, de ses thématiques de recherche,  et de son rôle au sein de la société.

En parallèle, nous avons choisi de consacrer notre dernière émission de la saison aux débouchés professionnels après un cursus de sociologie. Une émission à podcaster sur notre site à partir de lundi 29 juin 2015!

Marine Guichard

Doctorante en sociologie et animatrice bénévole d'une émission de sociologie sur Radio Campus Dijon (92.2).

More Posts - Website

Follow Me:
Facebook

Sociologie du vieillissement (Partie 2) – S03E15 – 11/05/15

Raconter le vieillissement

♫ Ecouter/Télécharger cette émission ♫

Invitée : Marion SCHEIDER, chargée de recherche au Réseau d’Étude Internationale sur l’Age, la Citoyenneté et l’Intégration Socio-économique des ainés (REIACTIS).

De la sociologie narrative à la confection d’une mallette pédagogique, en passant par le genre littéraire, cette émission est consacrée aux façons dont le vieillissement est raconté.

Le raconter pour lui être le plus fidèle possible, telle est l’ambition d’un travail de recherche en sociologie narrative mené par Anne Guillou, Professeure émérite, présenté dans le n°35 de la revue Prévenir, consacré aux « formes et sens du vieillir » (1998).

Le raconter pour mieux le dé-couvrir, c’est ce à quoi s’attache la jeune romancière australienne Fiona McFarlane dans son premier roman publié en 2015, L’invité du soir. L’auteure a fait le choix d’une riche veuve de 75 ans pour héroïne, la maladie mentale pour intrigue et une aide ménagère pour questionnement éthique.

Le raconter pour mieux l’accompagner, tel est l’objectif d’un dispositif développé par une équipe de chercheurs du Réseau d’Études Internationales sur l’âge, la citoyenneté et l’insertion socio-économique des aînés (REIACTIS) : une mallette pédagogique, dont est venue nous parler l’une des porteuses du projet, Marion Scheider, chargée de recherche au REIACTIS. A destination de tous les professionnels exerçant dans le domaine du vieillissement, le défi de cette mallette tient à des exigences de traduction des récits entre divers mondes professionnels. Continuer la lecture de Sociologie du vieillissement (Partie 2) – S03E15 – 11/05/15

Marine Guichard

Doctorante en sociologie et animatrice bénévole d'une émission de sociologie sur Radio Campus Dijon (92.2).

More Posts - Website

Follow Me:
Facebook

Changer de regard sur le vieillissement

Vieillir, c’est quoi ? Et si c’était avant tout une question de regard sur soi ? 

« Vivre seul, se lever avec le soleil, se coucher avec les poules, ça va un moment. Et puis ça mine. Moi j’ai envie de me coucher avec une poule et de me réveiller avec une poule, pas une à plume, tu m’avais compris. »

[Crédit : dessin partagé sur Flickr par rk.design - CC BY NC ND]
[Crédit : dessin partagé sur Flickr par rk.design – CC BY NC ND]
Au bord de la rivière, deux vieux copains regardent s’étirer le temps long de leur retraite. C’est à peine s’ils ont besoin de se parler. Un petit canon au bistrot du coin, après la partie de pêche, ça suffit bien pour dire toute la chaleur de l’amitié. Et parler de quoi, d’abord ? Les jours se ressemblent tellement pour Emile et Edmond, depuis qu’ils sont veufs…

Pourtant, au détour de quelques banalités, Edmond confie un jour à son ami qu’il fait de la peinture : des nus féminins, librement interprétés de photos de magazines… Emile n’en revient pas. Mais Edmond va plus loin dans la confidence : il s’est inscrit à une agence matrimoniale. La solitude lui pèse, et puis, il n’y a pas d’âge pour s’autoriser la séduction. Continuer la lecture de Changer de regard sur le vieillissement

La sociologie autrement